Sortir de la rue vers le logement

 

Pour accéder à un logement, pouvoir s’y maintenir en étant accompagné, l’Etat déploie plusieurs dispositifs, comme Solibail ou l’AVDL.

 
 

Solibail, résidences sociales… des étapes vers le logement

publié le 3 juin 2014 (modifié le 15 décembre 2015)

Sorti d’un hébergement pour entrer dans un logement "ordinaire", social ou privé, n’est pas une chose facile pour des gens dont la vie a été marquée de séjours à l’hôtel ou en centre d’hébergement.
Des dispositifs intermédiaires, favorisent un retour progressif à l’autonomie.

Solibail


Ce dispositif d’intermédiation locative permet aux ménages hébergés de reprendre pied dans un logement, en étant accompagné par les associations. Financé par l’Etat en Ile-de-France depuis 2008, ce système permet à un propriétaire privé de louer à une association qui va le sous-louer à un ménage accueilli à l’hôtel ou en centre d’hébergement.

La page Solibail

Mobilisation des résidences sociales, des logements-foyers

De mars à août 2013, plus de 1 000 places en résidences sociales (RS), foyers de travailleurs migrants (FTM), foyers de jeunes travailleurs (FJT) et résidences jeunes actifs (RJA) ont été proposées à l’État par les quatre opérateurs. 822 entrées effectives ont été réalisées contre 800 places proposées et 681 entrées effectives en 2012. L’effort 2013 est donc supérieur de 25 % en places proposées et de 29,5 % en entrées effectives.

Cette démarche a permis de faciliter l’accès aux résidences sociales des personnes hébergées. Toutes les places concernées ont été mises à disposition des SIAO qui assurent l’orientation des hébergés à partir des évaluations sociales.

Pour faciliter l’accès à ces places, tout au long de l’année, et ainsi simplifier la démarche d’accès aux résidences sociales et autres logements-foyers, le dossier de demande a été unifié dans le cadre d’un protocole signé, en avril 2013, par la DRIHL et l’UNAFO, Union professionnelle du logement accompagné.

Pensions de famille, résidences accueil et dispositif ALT

Par ailleurs, le développement de l’offre de places en maison relais se poursuit. La maison relais (appelée aussi pension de famille) constitue une modalité particulière de résidence sociale, s’inscrivant dans une logique d’habitat durable, sans limitation de durée, offrant un cadre semi collectif valorisant la convivialité et l’intégration dans l’environnement social.

Elle est destinée à l’accueil de personnes au faible niveau de ressources, dans une situation d’isolement ou d’exclusion lourde, et dont la situation sociale et psychologique rend impossible à échéance prévisible leur accès à un logement ordinaire. La résidence accueil est une modalité particulière de maison relais, s’adressant à des personnes fragilisées socialement et qui présentent, en outre, des handicaps psychiques.

À ce jour, 3 016 places de maisons relais ont été validées dans le cadre du comité de validation régional des projets, pour un objectif de 3 354 places à créer sur la région. Sur ces places, 2 026 étaient effectivement ouvertes fin 2013 (soit 138 places supplémentaires ouvertes pendant l’année).

Après la signature d’une convention avec les services de l’Etat, les associations ou Centres Communaux d’Action Sociale (CCAS) peuvent bénéficier d’une aide spécifique pour héberger, à titre temporaire, des personnes défavorisées n’ayant pas provisoirement accès à un logement autonome.

Au 31 décembre 2013, l’ALT permet l’hébergement ou le logement d’environ 10 600 personnes (dont 3200 par cofinancement dans des structures d’hébergement).

Accompagnement vers et dans le logement

L’Accompagnement Vers et Dans le Logementest une aide, fournie sur une période déterminée, à un ménage rencontrant un problème de maintien dans un logement ou d’accès à un logement en raison de difficultés financières, de difficultés d’insertion sociale ou d’un cumul des deux.