Qui demande un logement social à Paris ?

publié le 30 novembre 2010 (modifié le 3 décembre 2010)

En regardant au plus prés la demande de logement social en 2009, l’APUR a établi qu’en 2009, l’afflux de demandes vient de non parisiens, de plus en plus pauvres et de plus en plus mal logés.

L’Apur (atelier parisien d’urbanisme) vient de publier une analyse sur l’accès au logement social à Paris.
Elle permet d’établir une sorte de profil type d’un demandeur de logement social à Paris en 2009 :

- il n’est pas Parisien : le nombre de demande de logement social émanant de Parisiens est quasi stable avec toute juste 60 nouveaux dossiers déposés dans les services de 2008 à 2009.
En revanche, 3 597 demandeurs se sont faits connaître entre 2008 et 2009, venant d’autres communes d’Ile de France.
La plupart cherche à se rapprocher de leur lieu de travail : 55 % des demandeurs qui n’habitent pas Paris y travaillent.

- il est en situation économique de plus en plus précaire :
au 31 décembre 2009, 71 % des ménages demandeurs ont des revenus inférieurs à environ 2 340 euros mensuel pour un ménage de quatre personnes ( ce qui correspond au plafond du PLAi).
La part des ménages modestes a tendance à croître, tout comme celle des ménages vivant dans des conditions précaires en hôtel ou en centre d’hébergement.

L’APUR a constaté qu’il existait 182 955 logements sociaux SRU au 1er janvier 2009 à Paris, soit 15,9 % des résidences principales. Pour 2010, le chiffre devrait atteindre les 185 600 soit 16,1% des résidences contre 13,4 % au 1er janvier 2001.

voir l’étude de l’APUR :analyse de la demande de logement social à Paris.