Plus de 80 000 personnes hébergées par l’Etat

 


Chaque soir en Ile-de-France, plus de 30 500 personnes sans domicile sont hébergées dans des centres spécialisés dans l’accueil d’urgence, la stabilisation ou l’insertion. Plus de 33 000 personnes, sont accueillies dans des hôtels.
Les dispositifs de logement de transition (Solibail …) accueillent pour leur part près de 16 000 personnes

 
 

Un accueil inconditionnel et égal pour tous

publié le 3 juin 2014

Avec plus de 60 000 personnes accueillies chaque nuit, le dispositif atteint une ampleur inédite. Sous les effets conjugués de la crise et de l’attrait de la région capitale, les partenaires en charge de cette mise à l’abri ont étendre leur action au delà de l’accueil des sdf pour prendre en charge de plus en plus de familles, de jeunes, que la crise empêche de se loger.

Le dispositif répond à deux impératifs :

- mettre à l’abri les personnes dépourvues de toit,

- accompagner vers une insertion sociale et professionnelle.

Les acteurs :

L’État a une responsabilité légale de mise à l’abri et d’organisation d’un dispositif de veille sociale et d’hébergement qu’il met en oeuvre au moyen d’un numéro départemental d’appel téléphonique (115), de plate-formes SIAO, et de financement d’associations (et GIP à Paris) qui assurent des maraudes, la gestion de centres d’hébergement et des réservations à l’hôtel.

Les conseils généraux sont responsables de l’aide sociale à l’enfance (ASE : pour les enfants jusqu’à trois ans) . Ils peuvent, à ce titre, héberger des familles.

Certaines communes assurent également des mises à l’abri de familles à la rue, ou lors d’évacuation de logements en péril, etc…

Partout, le dispositif respecte deux principes :

  • l’égalité de traitement des demandes, l’inconditionnalité de l’accueil,
  • la continuité de la prise en charge selon les conditions fixées aux L.345-2-2 et L.345-2-3 du code de l’action sociale et des familles.

Les orientations nationales :

Depuis le début de la législature, la responsabilité de l’Etat en matière d’hébergement et d’accès au logement se traduit par un effort important pour améliorer les capacités d’accueil et les conditions d’hébergement des personnes sans abri ou risquant de l’être.

Un double objectif d’accès plus rapide au logement et d’une meilleure réponse aux personnes en situation d’exclusion par un accueil de proximité est fixé. (mettre un lien vers le plan pluriannuel +comité interministèriel)Ces orientations fixées dans le cadre du Plan pluriannuel contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale adopté le 21 janvier 2013 ont été confirmées lors du comité interministériel de lutte contre les exclusions du 24 janvier 2014.

Les orientations régionales :

L’action de l’Etat en Île-de-France s’inscrit dans la stratégie régionale partagée de l’hébergement et du logement, adoptée par l’ensemble des partenaires du comité régional de l’hébergement et du logement (CRHL) en juin 2013.

Cette stratégie s’appuie sur deux piliers :

  • construire et rénover des logements pour tous
  • mettre à l’abri, héberger et loger les plus démunis.

Le comité régional de l’habitat et d’hébergement, institué par la loi de modernisation de l’action publique et d’affirmation des métropoles, se substituera au CRHL et sera chargé, à partir de juillet 2014, d’assurer la cohérence des politiques de l’habitat et de l’hébergement en Île-de-France, d’élaborer le schéma régional de l’habitat et de l’hébergement et de coordonner les interventions de l’Etat, de la région d’Île-de-France, des départements, de la métropole du Grand Paris et des établissements publics de coopération intercommunale compétents en matière de programme local de l’habitat pour en favoriser la mise en œuvre.

C’est dans le cadre d’un partenariat renouvelé entre les collectivités territoriales, l’Etat et les acteurs de l’hébergement et du logement que seront définies et mises en œuvre ces politiques publiques.