Période hivernale 2015-2016. Annonce du dispositif de mise à l’abri des personnes les plus vulnérables pendant la période hivernale

publié le 28 octobre 2015 (modifié le 10 avril 2017)

Tout au long de l’année, l’État, en Île-de-France, est en ordre de marche pour assurer les capacités d’hébergement des personnes en difficulté et héberge chaque nuit 67 000 personnes. Cette mobilisation est renforcée à l’entrée de l’hiver.

Le dispositif hivernal pour 2015-2016
Pour préparer l’hiver, dès fin septembre, Jean -Francois Carenco, préfet de la région d’Île-de-France, préfet de Paris, avait réuni l’ensemble des partenaires institutionnels, parisiens et franciliens, pour une mobilisation générale, afin d’identifier les sites qui permettront d’accroître les capacités d’hébergement.

À compter du 1er novembre 2015, l’État, en lien avec la ville de Paris et ses nombreux partenaires : le ministère de la Défense, l’AP-HP, France Domaine, La Poste, la SNCF, Adoma, EDF… augmente les moyens humains et financiers, consacrés à la prise en charge des personnes sans-abri.
En Île-de-France, le nombre de places mobilisables, pour l’hiver 2015-2016 s’élève à 2 500 places (hors gymnases) dont 1 190 places à Paris, à compter du 1er novembre 2015. Celles-ci s’ajoutent au 700 places pérennisées dans le prolongement de la campagne hivernale de l’an passé.

Pour mémoire en effet,
2 200 places étaient mobilisées en Île-de-France en 2014 et 700 places ont été pérennisées entre 2014 et 2015
1 000 places étaient mobilisées à Paris en 2014 et 300 places ont été pérennisées entre 2014 et 2015
Le renforcement des capacités d’accueil à Paris a été rendu possible grâce à la mobilisation des services de l État et la ville de Paris qui a mis à disposition de l’État quatre bâtiments pour héberger des familles et des personnes isolées.
Par ailleurs, un plan est mis en place avec des équipes mobiles d’aide du Samu social (20h-5h) et un réseau d’associations (Ordre de Malte, Emmaüs, Aurore, Aux captifs la libération, etc.) dans les rues de la capitale et les bois limitrophes.
Des maraudes supplémentaires et des équipes de bénévoles renforceront le dispositif en fonction du nombre de signalements et des températures ressenties.
Ainsi, l’État amplifie son dispositif à l’approche de l’hiver, tout en poursuivant le plan de réduction du recours à l’hôtel.
En outre, la mobilisation constante de l’État pour la prise en charge des plus fragiles tout au long de l’année se poursuit :

67 000 personnes hébergées chaque jour par l’État en Île-de-France dont :
- 20 000 places d’hébergement hors hôtel en région Île-de-France.
- 32 000 places à l’hôtel en région Île-de-France.
- 12 000 personnes dans Solibail.

Un contexte particulier
L’hébergement en Île-de-France connaît une situation de tension récurrente.
Le dispositif de la campagne hivernale 2015-2016 pour l’accueil des plus démunis s’inscrit, cette année, dans un contexte particulier qui est caractérisé par l’accueil de migrants.
Ainsi en quatre mois ce sont 3 664 solutions d’hébergement qui ont été proposées aux migrants présents dans des campements de rue, mis à l’abri après les 11 opérations effectuées depuis le 2 juin.
Au plan budgétaire, le coût total des11 opérations de prise en charge des migrants s’élève à 15 millions d’euros.
À cela, s’ajoute les 526 migrants arrivés d’Allemagne en septembre dernier et pris en charge par les services de l’État en Île-de-France.
Le préfet de région est fier du travail effectué par les services de l’État en cette période de crise migratoire et rappelle que cette prise en charge s’inscrit dans la ligne républicaine affirmée par le gouvernement : « la solidarité, c’est garantir un accueil des réfugiés et des demandeurs d’asile, mais cette solidarité "ne doit pas dégrader la situation de celles et ceux de nos concitoyens qui ont besoin d’être aidés" ».

Jean-François Carenco, préfet de la région d’Île-de-France, préfet de Paris, précise qu’il n’y a pas « concurrence » entre les publics et que notre pays s’honore de son accueil, de sa mobilisation et de son humanité.