Logement connecté : entrez dans le futur !

publié le 4 mai 2016 (modifié le 9 mai 2016)

La recherche d’actions innovantes menées dans le secteur du logement fait partie des missions de la DRIHL. A ce titre, nos équipes sont allées visiter un chantier de Bouygues Bâtiment Ile-de-France dans le 15e arrondissement de Paris contenant un logement connecté. Une plongée vers un futur peut-être pas si lointain…

La digitalisation : présente à tous les niveaux

La sonnette traditionnelle a été remplacée par une sonnette connectée, sans fil et sans pile fonctionnant grâce à la simple pression du doigt sur le bouton. Cette sonnette peut tout aussi bien déclencher la sonnerie « sonore » que faire clignoter un point lumineux pour les malentendants, ou encore vous alerter sur votre smartphone. Elle présente en plus l’avantage de réduire les coûts de construction grâce à l’absence de câbles à tirer.

Les interrupteurs du logement fonctionnent sans fil et sans pile, ce qui permet de les positionner où bon vous semble en fonction de l’aménagement du logement. De surcroît, une plate-forme de gestion des commandes permet de préenregistrer des scénarios pour chaque interrupteur. Le double-interrupteur situé au niveau de l’entrée comprend par exemple un scénario « départ » et un scénario « arrivée ». Une pression sur le premier bouton entraîne l’extinction de toutes les lumières de l’appartement, une baisse automatique du chauffage et l’activation de l’alarme. Une pression sur le deuxième bouton entraîne quant à lui l’allumage de la lumière de l’entrée et du séjour, une hausse automatique du chauffage et l’extinction de l’alarme.

La maîtrise des charges, enjeu fondamental pour bon nombre de gestionnaires, devrait ainsi être grandement facilitée par ces nouvelles technologies :
- contrôle de la consommation de chauffage via son smartphone,
- réduction de la consommation des veilles électriques grâce aux prises connectées, etc.

Des détecteurs installés au niveau des fenêtres. Si l’une d’elles reste ouverte de manière prolongée, le chauffage diminue ou se coupe automatiquement.

L’amélioration de la sécurité du bâtiment, autre forte valeur ajoutée offerte par la digitalisation. Moyen de démocratiser certaines solutions autrefois réservées aux plus aisés. Outre les possibilités offertes par les détecteurs sur les fenêtres (alarme sans surcoût), le contrôle à distance via son smartphone peut servir à simuler une présence dans le logement en cas d’absence de longue durée par exemple, afin de dissuader les intrus.

La mise en place de capteurs à des endroits stratégiques permet la détection en temps réel des dysfonctionnements du bâtiment : fuites d’eau, présence de fumée, incendie, conduit d’aération bouché, ouverture prolongée d’un local commun…

Le bâtiment se numérise et se connecte

A l’image de l’automobile et du téléphone, le bâtiment se numérise et se connecte pour fournir plus de services aux occupants  :
- contrôler sa consommation d’énergie à distance,
- être averti en cas d’intrusion dans son domicile ou en cas d’incendie,
- voire préparer son café en étant encore dans son lit !
Tout pourra être piloté à distance grâce à un téléphone. « L’imagination est la seule limite. L’un des atouts de ces technologies est leur très grande adaptabilité en fonction des besoins de nos clients » déclare le responsable commercial du produit chez Bouygues Bâtiment Ile-de-France - Brézillon.
Au-delà de toutes les fonctionnalités que cela présage, l’objectif est avant tout de permettre d’avoir des logements et des bâtiments plus efficients et plus intelligents.

C’est donc à la fois les bailleurs mais également les locataires qui y gagnent. Plusieurs bâtiments seront équipés de ce type de système. C’est notamment le cas à Ivry pour Logis Transport à St Denis, rue Monmousseau pour la CAPS ou encore à Malaunay pour Habitat 76.
Pour les bailleurs sociaux, ces nouveaux outils représentent une réelle opportunité de faire évoluer leur patrimoine.

Projet Ivry