Le Préfet de région installe le Comité de pilotage du plan de rénovation énergétique des bâtiments (COPREB)

publié le 9 juillet 2019 (modifié le 15 juillet 2019)

À la suite du plan national de rénovation énergétique des bâtiments (PREB), lancé le 26 avril 2018 par le Gouvernement, Michel Cadot, Préfet de la région d’Île-de-France, Préfet de Paris, a installé le 9 juillet 2019, le comité de pilotage du PREB francilien.

La rénovation énergétique des bâtiments est une priorité nationale et l’Île-de-France est particulièrement concernée par cet enjeu. Le parc de logements notamment y est plus ancien et présente les plus mauvaises performances énergétiques de France.
Cette situation a un impact sur le pouvoir d’achat des ménages : la précarité énergétique touche 864 000 d’entre eux dans la région (5,6 millions de ménages au niveau national).

Le comité de pilotage du PREB d’Île-de-France (COPREB) réunira deux fois par an les acteurs régionaux du secteur. Pourront être associés les collectivités, les opérateurs, les acteurs du Plan bâtiment durable, etc. Ce comité coordonnera la mise en œuvre des actions selon une feuille de route commune. Il assurera également des fonctions de suivi, d’élaboration d’une doctrine et d’une communication communes sur le sujet de la rénovation énergétique des bâtiments.

Cette première réunion a permis de dresser un état des lieux des outils et démarches mis en place pour l’accompagnement des collectivités, des professionnels et des ménages comme les Plans Climat Air-Énergie Territorial (PCAET), l’outil "Mémento méthodologique pour conduire les stratégies territoriales de rénovation énergétique du bâti", les Programmes d’Intérêt général (PIG), les réseaux d’information-conseil ou le programme "Habiter mieux".

La rénovation énergétique des bâtiments source d’économies et d’opportunités

Les bénéfices tant en termes environnementaux, qu’économiques et sociaux de la rénovation énergétique ne sont plus à démontrer :

  • la transition énergétique est pour moitié un sujet de rénovation énergétique du bâtiment. Le parc de logements et de locaux tertiaires représente, en Île-de-France, 60 % de la consommation d’énergie finale et 49 % des émissions de gaz à effet de serre. L’enjeu de rénovation est sur ce point bien supérieur à l’enjeu de la construction, car le rythme de renouvellement du parc bâti est inférieur à 1 % par an.
  • sur le plan économique, la rénovation énergétique consiste à convertir une partie les dépenses de chauffage (5 milliards €/an rien que pour les logements franciliens) en emplois dans le bâtiment. C’est donc un fort enjeu de développement économique.
  • socialement, réduire la facture de chauffage des ménages (en moyenne environ 1 120 €/logement par an) est un levier contre la précarité.

Le plan national de rénovation énergétique des bâtiments (PREB) est organisé autour de quatre axes et douze actions :

  • Axe 1 : Faire de la rénovation énergétique des bâtiments une priorité nationale
  • Axe 2 : Créer les conditions de la massification de la rénovation des logements et lutter en priorité contre la précarité énergétique Axe 3 : Accélérer la rénovation et les économies d’énergie des bâtiments tertiaires, en particulier le parc public Axe 4 : Accélérer la montée en compétences et les innovations de la filière de la rénovation des bâtiments.