La rénovation "BBC" de la copropriété Lançon-Rungis : un projet exemplaire

publié le 13 juin 2016

Effectuer une rénovation énergétique ambitieuse dans une copropriété, c’est possible.
L’exemple de la copropriété Lançon-Rungis (Paris 13ème)

Grâce à la motivation de son conseil syndical, la mise en synergie de tous les acteurs concernés et un accompagnement personnalisé tout au long du projet, la copropriété Lançon-Rungis (Paris 13ème) va pouvoir bénéficier de tous les avantages d’un immeuble rénové BBC.

Une copropriété représentative des nombreux ensembles résidentiels construits dans les années 1960 : 31 logements, chaudière fioul en fin de vie, inconfort thermique, factures énergétiques en constante augmentation…

Pour concevoir et réaliser un projet de rénovation globale et cohérente, le conseil syndical a fait appel à un groupement porté par la Société d’Economie Mixte (SEM) Énergies POSIT’IF, qui a réalisé un audit complet de la résidence, de manière à identifier les défauts du bâti et à évaluer les déperditions énergétiques et l’intérêt de rénover le bâtiment sans son ensemble.

Cet audit, architectural et technique, a été réalisé selon une méthodologie ADEME/Conseil régional d’Île-de-France/Ville de Paris/Agence parisienne du climat.


Les travaux en cours ont pour objectif de passer la consommation énergétique du bâtiment de 279 kWh/m²/an à 98 kWh/m²/an, soit un niveau BBC (« Bâtiment Basse Consommation »).


Le coût total de l’opération s’élève à 1,043 M€ TTC, soit en moyenne 33.600 € par logement, pris en charge à plus de 50 % par des aides financières collectives ou individuelles.

L’ingénierie financière a été intégralement prise en charge par la SEM Énergies POSIT’IF.

Le Conseil régional d’Île-de-France a attribué au syndicat des copropriétaires une aide collective de près de 325.000 €.

Des aides individuelles sont octroyées par l’État, le Conseil régional et la Ville de Paris, pour un montant total de 226.000 € :

  • 106.000 € via le programme Habiter Mieux de l’Anah, destiné aux propriétaires occupants à revenus modestes ;
  • 120.000 € via le crédit d’impôt transition énergétique (CITE) destiné aux propriétaires comme aux locataires.

Pour financer une partie du reste à charge pour la copropriété (près de 493.000 €), le syndicat des copropriétaires a souscrit à un prêt collectif sur 15 ans proposé par Domofinance et bonifié par le Conseil régional d’Île-de-France, sur la base du volontariat. Cette offre a été retenue par les ¾ des copropriétaires.

Une opération qui pourrait, techniquement et financièrement, être reproduite dans d’autres copropriétés parisiennes.

En savoir plus :