LOGEMENT TEMPORAIRE
 

Accueil

Afin de trouver rapidement une solution d’hébergement adaptée à chaque situation pour une durée plus au moins longue, des solutions existent telles que les résidences sociales.

Les résidences sociales, instituées par l’article R 351-55 du code de la construction et de l’habitat (CCH), sont des logements-foyers à caractère social comportant à la fois des locaux privatifs et des locaux communs meublés, des personnes éprouvant des difficultés particulières pour accéder à un logement décent et indépendant. Nous pouvons distinguer les résidences sociales suivantes.

les foyers pour personnes âgées ou pour personnes handicapées n’ont pas de vocation à accueillir les publics en situation d’exclusion du logement.

les foyers pour travailleurs migrants (FTM) ont vocation à devenir des résidences sociales. L’État a mis en œuvre un plan de réhabilitation des FTM.

les foyers pour jeunes travailleurs (FJT) se perpétue depuis janvier 1995 sous la forme de résidences sociales (RS), conjointement établissements et services sociaux et médico-sociaux (ESSMS), soumis à autorisation et, depuis début 2014, à appel à projet.

la pension de famille constitue une modalité particulière de résidence sociale, s’inscrivant dans une logique d’habitat durable, sans limitation de durée, offrant un cadre semi-collectif valorisant la convivialité et l’intégration dans l’environnement social. Elle est destinée à l’accueil de personnes au faible niveau de ressources, dans une situation d’isolement ou d’exclusion lourde, et dont la situation sociale et psychologique, rend impossible à échéance prévisible, leur accès à un logement ordinaire.

La résidence accueil est une modalité particulière de pension de famille, s’adressant à des personnes fragilisées socialement et qui présentent en outre des handicaps psychiques.

Ces dispositifs demeurent une priorité régionale de l’action de l’État dans la mesure où ils visent à proposer des solutions pérennes de logement à des personnes en situation de grande exclusion.

Le plan national pour le Logement d’abord 2018-2022 vise le développement des pensions de famille à hauteur de 10 000 nouvelles places.

En Île-de-France, le plan de relance des pensions de famille a fixé un objectif d’ouverture de 1 900 nouvelles places afin d’atteindre un parc à hauteur de 4 930 places à l’horizon 2022 (2/3 de pensions de famille et 1/3 de résidences accueil).

En 2018, 291 nouvelles places de pension de famille avaient été ouvertes en Île-de-France et 109 l’ont été en 2019. Fin 2019, le parc francilien de pensions de famille comporte 3 450 places ouvertes, dont 540 en résidences accueil, et près de 700 nouvelles places déjà validées doivent ouvrir d’ici la fin du plan de relance.

Ce décalage entre la validation du projet et sa livraison est une constante pour ce type de structure dont l’émergence peut prendre plusieurs années.

Afin d’atteindre l’objectif régional fixé à 4 930 places ouvertes, la DRIHL réunira les comités de validation nécessaires avec les UD DRIHL et DDCS en 2020 et 2021 et valorisera la convention de partenariat signée entre la Préfecture de région et NEXITY NON PROFIT signée en mars 2019. Cet engagement destiné à accélérer la mise en œuvre du plan Logement d’abord sur le territoire francilien visant en effet la production de logements en pensions de familles par NEXITY.