La DRIHL étudie les stratégies d’intervention dans le parc privé

publié le 9 janvier 2014 (modifié le 18 novembre 2014)

Le parc privé compte en Ile-de-France plus de 3,5 millions de logements. Pour mieux intervenir, la DRIHL a mené une enquête qui servira de base à la définition d’une stratégie adaptée à ce parc.

La DRIHL vient de publier une étude sur les stratégies d’intervention pluriannuelles sur le parc privé en Ile-de-France.

Cette étude intervient dans le contexte des récentes réformes de l’organisation des services de l’État en Île-de-France et de la refonte des aides de l’Anah. A cette occasion, la DRIHL a voulu mieux connaître le parc des logements privés franciliens.

Ce parc qui représente les trois-quart des résidences principales franciliennes soit plus de 3,5 millions de ménages est stratégique à plusieurs titres :

  • dans le parcours résidentiel des ménages : l’existence d’un parc privé abondant est un facteur de fluidité globale du système.C’est dans ce parc en effet, à condition toutefois que l’écart entre ses prix et loyers et ceux du parc social demeure raisonnables, que vont habiter les ménages sortant du secteur social quand leurs revenus croissent. C’est dans ce parc également que vont emménager les jeunes qui quittent leur famille, ou les personnes qui arrivent en Ile de France pour travailler.
  • un gisement d’économie d’énergie : dans ce parc constitutif du cadre bâti urbain et rural, se trouve un gigantesque réservoir d’économie d’énergie. Après un effort d’investissement massif dans la rénovation des bâtiments anciens et mêmes récents, ce parc peut devenir moins énergivore.

Cette étude, menée en 2012, doit contribuer à l’élaboration d’une stratégie d’intervention pluriannuelle sur ce parc de logements, à partir de l’identification de pistes destinées à orienter le pilotage régional et interdépartemental de l’action de l’État et de l’Anah pour les prochaines années.

Voici dès à présent les deux premières phases de cette étude :

- phase 1 : « Diagnostic des territoires et identification des enjeux » : elle a permis d’identifier et de caractériser les enjeux d’amélioration de l’habitat privé par type de territoire à partir d’une analyse statistique globale à l’échelle de la région.
Une erreur s’est glissée dans ce document. Merci de consulter Erratum p 78 (format pdf - 21.7 ko - 18/11/2014)

- phase 2 : « Bilan des interventions de l’Anah entre 2005 et 2010 selon la nature des enjeux et des contextes ». Elle s’est appuyée sur un travail de terrain en mettant en regard l’analyse des enjeux territoriaux et thématiques identifiés au cours de la première phase avec la réalité des interventions engagées par l’État et l’Anah, à la fois en termes de géographie et de type de dispositifs mobilisés. Une analyse approfondie a été réalisée sur 13 sites et a mis en exergue les facteurs de réussite ou au contraire les freins influant sur les résultats des actions engagées dans différents contextes, tant urbains qu’institutionnels.

La phase 3 constituera la « feuille de route » du parc privé pour les prochaines années. Elle est en cours de finalisation et sera prochainement diffusée. »

Le parc privé en chiffres :

Le parc privé représente 3 705 694 logements soit les les trois-quart des résidences principales franciliennes (à 2/3 occupés par leur propriétaire et pour le reste par des locataires). Ce qui représente plus de 3,5 millions de ménages.

Plus de 834 000 ménages de propriétaires occupants sont éligibles aux aides de l’Anah dont plus de 578 000 font partie des ménages dits "très modestes", tandis que 660 000 ménages locataires du parc privé sont éligibles à un conventionnement Anah.

En savoir plus : lien vers l’Anah


Télécharger :