L’évolution des prix du logement sur 25 ans

publié le 3 mai 2011

Les prix du logement en France connaissent une évolution apparemment déconnectée de celle des loyers. En étudiant ces mouvements, le Centre d’analyse stratégique revient sur les explications liées au coût du crédit, mais aussi au prix du foncier et s’interroge sur la constitution d’une "bulle" immobilière. Il évoque aussi des réformes pour dynamiser l’offre et favoriser les mobilités.

Depuis quinze ans, les prix du logement en France connaissent une évolution apparemment déconnectée de celle des loyers constate le Centre d’analyse stratégique dans une étude récente.

Des logements de meilleure qualité

Les loyers, à surface et qualité constantes, ont globalement évolué comme le revenu disponible moyen. La dépense de logement a néanmoins augmenté, compte tenu de l’élévation de la taille moyenne et de la qualité des logements. Ce mouvement n’est pas homogène sur le territoire et entre les différentes catégories de revenus ;

Des prix d’achat qui explosent

En revanche, les prix d’acquisition ont doublé et cette hausse généralisée ne semble pouvoir être expliquée que marginalement par l’augmentation du coût de la construction ou un déficit généralisé de construction.

La croissance relativement modérée des loyers infirme l’hypothèse d’une pénurie généralisée de logements. En revanche, la rareté du foncier dans les zones les plus demandées contribue probablement assez fortement à la hausse des prix. Cette hausse a aussi été favorisée par l’amélioration de la capacité d’emprunt des ménages, alliée à une fiscalité favorable, qui alimente la demande.


Des réformes pour réduire les freins à la mobilité

Les mécanismes identifiés dans la présente note tempèrent en tout cas les bénéfices potentiels d’un renforcement généralisé de la demande et plaident pour des réformes structurelles maîtrisées visant à dynamiser l’offre ou à réduire les freins à la mobilité résidentielle pour une allocation plus efficace du parc de logements.


Télécharger :