Hébergement d’urgence : l’Etat ouvre un nouveau centre pour les familles à Paris

publié le 28 novembre 2012 (modifié le 3 décembre 2012)

Daniel Canepa, Préfet de la Région Ile de France, accompagné de Jean-Martin Delorme, DRIHL, a visité le 27 novembre la Pause Gergovie, installé dans un immeuble ICF La Sablière, géré par l’Association Aurore et financé par l’Etat.

Le centre d’hébergement « La pause Gergovie" est destiné à prendre en charge des familles actuellement hébergées dans des hôtels réservés par le Samu Social de Paris, en vue de favoriser à l’issue de l’hiver, leurs accès à un logement stable et libérer ainsi des places d’hébergements d’urgence.

Sa capacité d’accueil est d’environ 80 personnes en familles, accueillies dans 19 logements indépendants, du T2 au T3. Les familles sont admises après une première sélection par l’équipe du 115 et une évaluation par un travailleur social d’Aurore.
Les familles seront suivies par les travailleurs sociaux de la structure, en vue de préparer leur intégration dans un logement autonome de droit commun, en lien avec le SIAO-Insertion.

Les familles, qui disposent de revenus d’activité (CDD, temps partiel) participent financièrement à leur hébergement, à hauteur de 20 % de leurs revenus.

La mise à l’abri des familles est une priorité de l’Etat en Ile de France.

640 places de renfort hivernal sont en cours d’ouverture.

A l’occasion de cette visite, Daniel Canepa a fait un point d’étape sur l’hébergement d’urgence :

Cette année, près de 6 000 places de renfort hivernal ont été identifiées en Ile-de-France dont 2 700 en continue, contre 4 600 l’année passée.

Plus d’un tiers (2100) sont déjà ouvertes en Ile-de-France soit 700 de plus que l’an dernier à la même époque [700 places à Paris sur 1 200 mobilisables].

Il s’agit d’une mobilisation exceptionnelle de l’Etat, soit une hausse de 15% par rapport à l’an dernier.

Au 15 novembre, 1786 places étaient occupées, pour 1100 à la même date en 2011.

Tout au long de l’hiver, tout sera mis en œuvre pour qu’il n’y ait personnes dehors : ouvertures du plus grand nombre de places possibles, les centres seront laissés ouverts 24h/24h si nécessaire.

Toute l’année, chaque jour, 40 000 places d’hébergement sont ouvertes et financées par l’Etat en Ile-de-France.

Si au cœur de l’hiver, aucune solution pour des familles qui demandent un hébergement d’urgence n’était trouvée, le préfet réquisitionnera un bâtiment appartenant à une institution publique ou à entreprise afin de mettre tout le monde à l’ abri.

Concernant les réquisitions de logement, et conformément aux instructions du Premier Ministre, un état des lieux des sites susceptibles d’être réquisitionnés à Paris, a été déjà établi par les services de la DRIHL : une soixantaine d’immeubles, contenant chacun plusieurs logements vacants depuis plus repérés, dont la moitié présente un réel potentiel. Un examen approfondi, au cas par cas est en cours.

Aucun immeuble appartenant à des particuliers n’est visé à ce stade.