Fin de la campagne hivernale : une solution pour tous

publié le 19 mars 2012

La campagne hivernale prendra fin le 31 mars prochain.
L’Etat fermera les places progressivement d’ici juin. Des mesures inédites sont d’ores et déjà en oeuvre pour trouver une solution aux mis à à l’abri de l’hiver. Actuellement, 3600 personnes sont hébergées au titre du dispositif hivernal.

Toute l’année, tous les jours, l’Etat héberge 28 000 personnes en Ile de France. Pendant la période hivernale, du 1er novembre au 31 mars, des places supplémentaires d’hébergement sont ouvertes pour faire face aux rigueurs climatiques : 4 800 cette année en Ile-de France.

Alors qu’arrive la fin de la période hivernale, voici le premier bilan chiffré et le calendrier progressif de sortie du dispositif. Jamais l’Etat n’avait ouvert autant de places et mobilisé autant de moyens que cet hiver avec :

- pour l’Ile-de-France, au plus fort de l’hiver 4800 places ouvertes, contre 2800 l’année dernière (4 400 occupées).

- pour Paris, 1 560 places d’hébergement d’urgence ouvertes pour les sans domicile fixe (soit 500 places supplémentaires par rapport à l’année dernière à la même date). Le taux d’occupation des centres parisiens est de 94 %.

- le taux d’occupation moyen était de 94%. Il n’y a donc pas eu de saturation du dispositif. Nous avons travaillé à organiser la fluidité du dispositif d’hébergement en lien avec le SIAO, le Samu social et les associations.

Ces chiffres représentent une augmentation de 50% de nombre de places par rapport à l’hiver dernier.

En 2011, sur toute l’année, période hivernale comprise en Ile-de-France, l’Etat a dépensé 411 millions d’euros pour financer tous les opérateurs. A ce jour, le coût de la campagne hivernale 2011/ 2012 ( novembre / fin mars) est estimé, en Ile-de-France, à 15 millions d’euros, soit 3 millions de plus que l’année dernière.
A cela, s’ajouteront les efforts supplémentaires liés au maintien de places ouvertes au-delà du 31 mars 2012.
Non seulement, les personnes ont été accueillies mais beaucoup ont fait l’objet d’une évaluation sociale (1 500 personnes). L’objectif étant de trouver des solutions pérennes au-delà de l’urgence.
L’hébergement d’urgence est l’une des politiques publiques, dont le financement a le plus augmenté en 5 ans et surtout à Paris.

Toute l’année 28 000 places sont ouvertes en IDF ( 21 000 hors hôtels) dont 60% pour Paris. (9 000 à l’hôtel et 8 000 en structures d’hébergement). Si on ajoute les places pour demandeurs d’asile, ce sont 9 000 places supplémentaires en Ile-de-France

Sortie de la campagne hivernale : un calendrier précis

Aujourd’hui, 3 600 personnes sont hébergées sur des places dites du « dispositif hivernal » dont 1060 à Paris. (2000 personnes seules ou isolées et 1662 personnes en famille -600 familles).
L ’objectif consiste à éviter au maximum la remise à la rue des personnes hébergées en s’appuyant sur les évaluations sociales pour trouver des solutions adaptées.
La fermeture Toutes les places du plan hivernal ne vont pas fermer au 1er avril 2012, les fermetures seront progressives (la moitié le 1er mai puis l’autre moitié le 30 juin) jusqu’à la fin juin 2012.

Cinq mesures pour anticiper la sortie du dispositif hivernal  :

- réservation de plus de 700 places en résidences sociales en lien avec les associations. Ce qui constitue une orientation inédite,

- attribution de places d’hébergement en structures pérennes avec prise en charge 24/24 et 7j/7j pour les publics les plus fragiles (tels que les femmes battues),

- attribution de logements SOLIBAIL via le GIP HIS pour les familles, notamment monoparentales,

- attribution de logements sociaux via Action Logement pour les familles.

Enfin, tous les préfets de départements d’Ile-de-France sont mobilisés pour réserver 30% de leur contingent préfectoral aux sortants du dispositif hivernal.

Toutes ces mesures poursuivent un seul but : la meilleure adéquation entre les personnes et les solutions offertes.
Le préfet a identifié des solutions concrètes qui nécessitent la mobilisation de tous les acteurs : les services régionaux avec le DRIHL, les associations, les bailleurs, Action logement, le contingent préfectoral, les résidences sociales type Adoma… les lieux d’accueil ouverts toute l’année ainsi que les collectivités dont la Ville de Paris.
L’Etat propose des solutions, mobilise les acteurs et coordonne pour une efficacité toujours plus forte.