Dihal : une journée sur la participation des usagers

publié le 20 mars 2012

Comment associer les usagers aux politiques d’hébergement ? La Dihal a tenté d’apporter des réponses en organisant avec la DGCS et le CNLE (Conseil national des politiques de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale) une journée d’échanges sur le thème « des personnes sans abri ou mal logées usagers et acteurs de politiques de lutte contre l’exclusion ».

L’association des usagers à la conception et à la mise œuvre des politiques qui les concernent est une préoccupation qui traverse les politiques publiques dans des champs très divers : les transports, la santé, l’éducation, la politique de la ville.

L’Europe du Nord en avance

Les textes, lois et règlements, intègrent progressivement les usagers dans les instances de réflexion, de pilotage et parfois de gestion. Les expérimentations sont nombreuses.
Pourtant, la France fait encore figure de mauvais élève, alors que nos voisins notamment d’Europe du Nord ont depuis longtemps développé des formes de participation active et reconnu la parole ou l’expertise des usagers comme une composante indispensable de l’action publique.
Les politiques de lutte contre les exclusions se sont engagées dans cette voie, avec par exemple, la loi de 2002 rénovant l’action sociale et médico-sociale ou plus récemment avec la mise en œuvre du RMI.

Mise en place des comités consultatifs des personnes accueillies

La refondation de la politique de l’hébergement et de l’accès au logement pilotée par le préfet Alain Regnier se devait de s’inscrire dans ce mouvement. La création du conseil consultatif des personnes accueillies et accompagnées (CCPA) et plus récemment celle des CCRA en région traduit la volonté d’associer les usagers aux différents niveaux de gouvernance et de constituer des lieux de dialogue pérennes.

La journée du 13 mars était l’occasion de faire un bilan de cette action en la mettant en perspective avec d’autres initiatives française et européenne dans le champ de la lutte contre les exclusions. Réunissant environ 120 personnes, la journée a été marquée à la fois par une ambiance très conviviale mais aussi par des paroles fortes notamment des nombreux élus du CCPA, des comités régionaux et de représentants de collectifs de sans-abri venus de Belgique et des Pays-Bas. En concluant, Etienne Pinte, président du CNLE, a marqué un fort encouragement à poursuivre l’action.
Les actes de la journée seront disponibles prochainement sur le site de la DIHAL afin que chacun puisse se saisir de ce sujet où beaucoup reste à faire.