Accompagnement vers et dans le logement : une réussite

publié le 12 juillet 2013

Après 18 mois d’expérimentation, l’accompagnement vers et dans le logement a fait ses preuves à Paris. Sur prés de 3000 ménages Dalo parisiens depuis des années, 1059 ménages ont été accompagnés, 520 sont relogés et 400 sont en attente d’un logement.

Après sept années passées dans un appartement de 35 m2 " très cher, très moche, trop petit et insalubre", à Paris 14éme, cette mère de famille de trois enfants, vit aujourd’hui dans une maison du parc social à Villebon-sur-Yvette dans l’Essonne ( photo ci-dessus). "J’ai cherché l’espace et un quartier calme, là j’ai tout ça", poursuit-elle en faisant visiter les trois chambres des enfants, en ouvrant ses fenêtres qui donnent sur un petit jardin…

Entre ces deux extrêmes, elle et son mari ont bénéficié d’un accompagnement vers et dans le logement (AVDL), dans le cadre d’une expérimentation menée par la DRIHL à Paris avec neuf opérateurs, de janvier 2012 à juin 2013. L’idée étant, après repérage des ménages (une liste de près de 3 000 ménages Dalo avait été transmise ), de travailler avec eux à un cheminement vers le logement, et, une fois, ce logement obtenu, de les aider à s’y installer et à y vivre durablement. Une réunion bilan de cette expérimentation réunissant plus de cent personnes a eu lieu le jeudi 11 juillet à la DRIHL.

Du rêve à la réalité

Dans le cas de cette famille, les choses ont été plutôt rapides : monsieur travaille, même si une bonne part du salaire n’était pas déclaré ce qui réduisait leurs chances d’être acceptés en commission d’attribution des logements, et la famille a instantanément accepté l’aubaine de cette maison individuelle, même éloignée de Paris.

Pour d’autres ménages, la démarche est beaucoup plus longue. Avant de se voir proposer un logement, les opérateurs de l’AVDL remettent à plat les dossiers, actualisent les demandes de logement social, ouvrent des droits et "regarde ce qui doit être travaillé avec la famille ou la personne pour qu’elle puisse plus tard être seule dans un logement", explique le Pact, opérateur.

Avec tous les ménages, les opérateurs tentent aussi de "déconstruire le logement idéal" et de leur faire prendre conscience des réalités du logement social à Paris ( nombre de demandes, délais moyen d’attente, localisation des logements..). Ils tentent également en amenant les gens sur place de tordre le coup aux préjugés sur la banlieue. De regarder les réseaux de transport, les emplacements des écoles et des crèches… Bref : mettre toutes les chances du côté de ces ménages souvent loin de tout pour enfin obtenir un logement.

Cela veut dire aussi, les accompagner quand une proposition de logement arrive pour découvrir, le quartier, l’appartement…A la signature du bail, les travailleurs sociaux sont là encore pour monter les dossiers, préparer le déménagement…

500 ménages relogés

Un savant mélange de pédagogie, de psychologie, d’accompagnement à la fois très humain, mais aussi très réaliste. L’idée étant d’aller vers l’autonomie des ménages, de les accompagner, d’éclairer leurs choix mais de ne jamais faire à leur place.
Pour 500 ménages relogés, l’AVDL, a été le levier pour reprendre pied dans la vie. Passer comme cette famille d’un logement "petit, moche et insalubre", à une maison pleine de lumière, aérée, spacieuse, dans un environnement bucolique…à une vie où les crises d’asthme d’une petite fille s’espacent à vue d’œil.
Expérimenté et réussi, le dispositif se poursuit sous une forme un peu différente mais avec un objectif similaire dans le cadre du Fonds national pour l’accompagnement vers et dans le logement. Il est d’ores et déjà déployé en Ile-de-France.